ACTUALITÉS

2018 La Maison des tresses et lacets, La Terrasse-sur-Dorlay

Bernard GARCIER avec ses dernières pièces construites en bois et canevas, confronte des matériaux bruts à la couleur et au dessin, tel qu’il l’a toujours expérimenté depuis sa première exposition dans les années 70, alors très influencé par le mouvement Support Surface, particulièrement par Claude Viallat et Pierre Buraglio .

L’art comme expérience tel que l’a formulé John Dewey constitue sa règle de conduite et de fabrication.
La pensée de Walter Benjamin sur la reproductibilité des œuvres l’accompagne dans l’analyse de son travail avec les canevas.

Depuis les années 80, partant de matériaux de la société industrielle, souvent prêts à être jetés après utilisation: cartons, cornières métalliques, films plastiques, plaques offset, contreplaqués, mousses, éponges, tampons à récurer ou de matériaux de construction : polystyrène, placostil, bois, métal, il joue avec « l’expérimentation » et cela a un rôle central dans sa création.

En résidence au Maroc à plusieurs reprises, Bernard GARCIER glane des matériaux et des objets du quotidien sur les souks et marchés qui lui permettent de produire, des collages, des dessins et des photographies.
Lors de ses premières visites à la Maison des tresses et lacets et chez un fabricant de la région, la magie des lieux, le poids de l’histoire a tout de suite opéré.

Cela à été une véritable fascination pour lui d’assister à la mise en route de l’atelier avec ses quelques métiers « qui font de la résistance », en comparaison des centaines qui ont vibré ici jusque dans les années 60.


Pour faire suite a ces derniers travaux qui confrontent le bois, le canevas et la couleur, la décision s’est imposée de faire une installation qui reprendrait les codes habituels de son travail en ajoutant des produits de ces ateliers et des palettes, en tant que symbole de la production industrielle contemporaine.
Tout ceci contribuant à la fabrication d’un récit de l’histoire du développement de notre société.
Le contraste de matériaux simples, du bois brut et des fils de coton de couleur, de soie ou synthétiques permet de révéler la richesse ancestrale des productions de lacets, rubans et tresses dans leur diversité et sous un jour nouveau.